Fermer
ceux qui ont disparu

[Lecture] Ceux qui ont disparu de Patricia Gibney

Il y a quelques années de cela, un énorme scandale de pédophilie dans l’Eglise a ébranlé l’Irlande. Des restes humains ont d’ailleurs été retrouvés près d’un ancien orphelinat.
Tout ceci a laissé présummé des horreurs sans nom commises sur des enfants vulnérables, puisque confiés aux soins des institutions religieuses.
Dans le contexte de l’actuelle « Affaire Epstein« , il me semble que plus que jamais nous devons ouvrir l’oeil et dénoncer les cas d’abus sexuels ou de maltraitance sur les mineurs.

Le roman que je vais vous présenter aujourd’hui est le tout premier roman de Patricia Gibney. Il a été publié chez France Loisirs. J’étais très intriguée par son résumé (m’intéressant à ce genre d’affaires criminelles).
Je n’ai pas été déçue. Même si le sujet abordé est grâve et que le livre s’inspire de faits réels, j’ai apprécié cette lecture que je vous recommande chaudement. Ce roman m’a fait penser à un autre livre que j’ai chroniqué sur le blog : Le pensionnat des innocentes de Angela Marsons.

 

Ceux qui ont disparu

 

Résumé :

« Un matin, le cadavre d’une femme est découvert dans une église. Plus tard, c’est son collègue de travail qui est retrouvé pendu à un arbre. L’affaire semble entendue : l’assassin s’est suicidé.
Mais l’enquêtrice Lottie Parker ne croit pas à cette conclusion trop facile. Les deux cadavres portent le même tatouage distinctif sur la cuisse et l’homme n’a vraiment pas le profil d’un meurtrier. Peu à peu, les indices mènent Lottie jusqu’aux portes de l’ancien orphelinat de Saint-Angela. Dans ce lieu de sinistre mémoire, des années plus tôt, des enfants sont morts de maltraitance.
Au fur et à mesure de ses investigations, Parker se sent épiée, surveillée. Et, une nuit, un homme l’attaque en murmurant ces mots, terrifiants : « Pensez à vos propres enfants ». Désormais, ce n’est plus seulement une enquête, mais une question de survie… »

Mon avis :

J’ai été totalement happée par cette lecture. C’est vrai que j’ai mis un peu plus de temps que d’habitude à lire ce livre (j’étais assez fatiguée). Malgré tout, j’avais toujours envie de m’y replonger pour découvrir le fin mot de cette histoire.
Avec ce premier roman, l’auteure a frappé fort. Ce livre est addictif et parfaitement bien construit. Il nous emmène au plus près de la barbarie humaine. Les crimes dénoncés sont parmis les pires qu’il puisse exister puisqu’ils touchent des enfants.
Bien que le contexte soit sombre, l’auteure ne sombre jamais dans le glauque ou le mauvais goût. Il n’y a pas de détails cru sur les abus, même si bien entendu elle parvient à laisser suggérer la situation.

J’ai particulièrement apprécié l’enquête menée par le personnage de Lottie Parker et de son associé Boyd. Leur duo (qui se chamaille constamment), est là pour donner une note plus légère à l’intrigue. Leur relation est ambiguë et je me demande si elle ne risque pas d’évoluer dans les autres titres de l’auteure.
Lottie est veuve et élève seule ses 3 enfants adolescents. Son quotidien de maman n’est pas facile du tout et tout au long du récit, nous suivons ses galères. Elle a beaucoup de mal à gérer la mort de son mari et il s’agit d’une inspectrice torturée par ses propres démons.
Son enquête sur les meurtres l’amène rapidement à se poser des questions sur l’orphelinat de Sainte-Angela et on comprend petit à petit qu’il s’agit peut-être d’une enquête plus personnelle qu’on ne le pense.

L’intrigue est bien menée. On en vient à soupçonner tout le monde. Chacun des personnages ayant des choses à dissimuler.
Ce n’est qu’à la toute fin du livre que je me suis rendu compte que tout au long de cette lecture, l’auteure avait dissimulé des indices.

En conclusion, j’ai passé un bon moment de lecture. Le sujet est triste mais il ne faut pas oublier qu’il s’inspire de faits réels. Fermer les yeux sur ces atrocités ne les feront malheureusement pas disparaître.
La plume de Patricia Gibney est agréable et me donne envie de me plonger dans ses autres romans.

 

 

Avez-vous eu l’occasion de lire ce livre ? S’agit-il d’un sujet qui vous intéresse ?

A propos de Flâner Lire

Caroline, amoureuse d'Histoire, (ancienne stagiaire au Centre Historique Minier de Lewarde & ex agent d'accueil et de surveillance au Palais des Beaux Arts de Lille). Je suis depuis toujours passionnée de patrimoine avec une affection particulière pour celui du Val de Loire. J'ai beaucoup d'intérêt pour la culture en général : les musées, les expositions, la musique, la lecture, les séries tv...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :