Flâner / Musée & Expo / Nord

[Exposition] Musiques! Echos de l’Antiquité au #LouvreLens

Au début du mois de novembre, nous avons visité le Louvre-Lens (j’ai d’ailleurs eu l’occasion de vous en parler à travers 2 articles concernant la Galerie du Temps et l’exposition Heures Italiennes). La fin de l’année 2017 ayant été chargée pour moi, je n’ai malheureusement pas pu vous poster un article sur la grande exposition du musée à cette période : Musiques ! Echos de l’antiquité.

Je vous ai demandé sur Twitter si vous seriez tout de même intéressés pour découvrir cette exposition malgré qu’elle soit terminée depuis le 15 janvier 2018, et vous avez répondu oui.
Je suis contente de pouvoir vous faire une petite présentation de cette très belle et riche exposition.
Avant de poursuivre, je tenais à vous faire une petite confidence. Si j’adore visiter des expositions et si j’apprécie beaucoup l’art, je n’ai pas de formation en Histoire de l’Art. Parfois, je ne sais pas toujours comment vous parler de mes visites, si ce n’est en partageant avec vous mes ressentis. J’ai conscience que ça limite sans doute un peu mes articles et que vous attendez peut-être un peu plus de moi (explications d’œuvres par exemple). Je ne compte pas inventer des choses que j’ignore et risquer de raconter n’importe quoi. Il est vrai que je prends souvent en photo des œuvres qui me touchent en premier lieu, des œuvres que je trouve belles, mais que je ne comprends pas toujours. J’espère que vous ne m’en voudrez pas de ne pas toujours pouvoir développer plus autour d’une exposition ou d’une œuvre.

Musiques ! Echos de l’Antiquité

L’exposition que nous avons visitée au Louvre-Lens se déroulait du 13 septembre 2017 au 15 janvier 2018. Nous nous y sommes rendus un dimanche après-midi, et à ma grande surprise, il y avait déjà beaucoup de monde au rendez-vous pour découvrir cette expo. Il faut dire qu’il y a eu énormément d’animations et de publicité invitant les gens de la région à aller la visiter.

Le but de cette exposition était de faire découvrir aux visiteurs, à travers un voyage auprès de 4 civilisations antiques (l’Egypte, la Grèce, Rome et l’Orient), différentes facettes de la musique. La musique au sens large (instruments, musiciens, partitions), la musique dans les cérémonies religieuses et enfin la musique au service du pouvoir. Un véritable voyage dans le temps nous transportant de 2900 avant JC à 395 après JC.

Le parcours de l’exposition était divisé en 6 sections comprenant en tout 16 salles circulaires. Nous avons trouvé l’organisation de l’expo tout à fait originale, mais nous avons regretté que certaines salles soient aussi petites (avec l’affluence du jour, il n’était pas toujours facile de pouvoir observer les œuvres et prendre son temps pour lire les cartels). Les œuvres étaient mélangées (et non réunies selon les civilisations), mais des pictogrammes permettaient de savoir à quelle civilisation elles appartenaient.

Les sonorités antiques, un monde à jamais disparu ?

Avec les grandes découvertes archéologiques des XIXe et XXe siècles, de nombreux stéréotypes et clichés sur l’Antiquité sont apparus. Les premières salles de l’expo étaient dédiées à l’influence qu’à eue l’Antiquité dans l’Art à différentes périodes : renaissance, temps modernes, époque contemporaine… Avec en thème principal bien entendu, la redécouverte de la musique antique (notamment, la découverte d’instruments de musique).

Entrée dans la première salle de la section 1.
Louis-Maris BAADER – La mort de Cléopâtre, reine d’Egypte. Huile sur toile. Vers 1899.
Rétiaire appelant au combat dit aussi gladiateur jouant du cor. Plâtre patiné. Vers 1889.
Jean-Léon GERÔME – Anacréon, Bacchus et l’Amour. Huile sur toile. 1848.
Détail
La musique antique vue dans les bandes dessinées.
André DUTERTRE – Volume de planches de la « Description de l’Egypte » : harpiste de la tombe de Ramsès III. Cuir, papier. 1822.
L’oreille des Dieux

Dans l’Antiquité, la musique était déjà bien présente dans la vie quotidienne. Il n’est donc pas étonnant de la retrouver dans les célébrations religieuses (fêtes, sacrifices, prières). Dans les 4 civilisations présentées dans cette expo, les mythologies expliquaient souvent qu’un ou plusieurs dieux étaient les créateurs de certains instruments de musique (ces dieux étaient alors représentés tenant ces instruments). L’invention de la musique était d’ailleurs vue comme un acte divin pour la civilisation gréco-romaine.

Chapiteau hathorique – Epoque ptolémaïque. (Egypte)
Sarcophage des muses – (150-160 après JC) – Rome
Détail du sarcophage des muses.
*
Stèle dite de la Musique – (2140-2110 avant JC) Irak.
Les sons du pouvoir

La musique accompagnait également la vie politique, les musiciens étaient au service des puissants. La musique devait animer la vie de la cour, accompagner les efforts de guerre, rythmer les cérémonies religieuses (en Orient particulièrement, où les familles dirigeantes avaient également un pouvoir divin).

Harpe arquée portative couronnée d’une tête sculptée – Nouvel Empire – Egypte.
Famille royale et culte divin.
Hymne à Hathor de la stèle du roi Antef II – Vers 2108-2059 avant JC – Egypte.
Stratère de l’amphictionie pyléo-delphique : Déméter/Apollon et cithare.
Deux panneaux de la copie de la colonne Trajane – (1863) – Rome. [Moulage intégral de la colonne Trajane voulu par Napoléon III].
Le pouvoir des sons

La musique qui affecte les sens, qui invite à la danse ou à la mélancolie. Dans l’Antiquité, on croyait que la musique pouvait aussi bien toucher l’âme que le corps. En Grèce, la musique était prescrite pour guérir. En Egypte, elle accompagnait les rites funéraires, mais elle était interdite dans ceux dédiés au dieu Osiris (dieu des morts, donc du silence). Globalement, on prêtait à la musique des pouvoirs magiques.

Scène de danse en musique – Nouvel Empire – Egypte.
Mosaïque d’Orphée – IIème siècle après JC – (Découverte en France), Rome.
Des sons pour protéger.
Cercueil de Madja (scènes de funérailles) – Nouvel Empire – Egypte.
Détails de pleureuses.
Les métiers de la musique

Certaines œuvres montraient les musiciens en train de jouer de la musique. Il était donc possible de voir leur posture, leurs gestes, on pouvait y voir l’emplacement des mains sur les instruments.

Détail du Satyre dansant.
Détail du Satyre dansant.
Reproduction d’une scène de musique de la tombe de Djéserkarêseneb. XXème siècle. (Musée du Louvre).
Musicien et montreur d’animaux – Moulage du XIXème siècle d’après un original daté vers 1600-1300 avant JC – Turquie.
*
Des instruments qui voyagent

L’exposition s’achève sur la question des échanges entre les civilisations et la diffusion des instruments de musique.

Différents instruments de musique dont le cor.
Différents instruments de musique dont la harpe arquée.
Panneau de recouvrement de sol (mosaïque) : harpiste – vers 260 après JC -Iran.

 

Vous l’avez vu, cette exposition était très riches en terme d’œuvres et d’objets exposés : instruments, peintures, sculptures, pièces de monnaie, sarcophages… C’est cette diversité des œuvres et des civilisations qui a rendu cette exposition très intéressante. J’en profite pour vous joindre un scan de la brochure de visite présentant différents instruments (antiques et actuels).

Instruments antiques et « modernes ».

 

Autrice

flanerlire@gmail.com
Passionnée d'histoire et de patrimoine, j'ai une affection particulière pour celui du Val de Loire. J'ai beaucoup d'intérêt pour la culture en général : les musées, les expositions, la musique, la lecture, les séries tv...

Commentaires

Musée du Louvre-Lens
30 janvier 2018 à 9 09 09 01091

Merci Caroline pour ce nouvel article fourni !
À très bientôt.



Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!