Fermer

[Lecture] Les dernières heures de Minette Walters #PAC

Après quelques semaines d’absence, je vous reviens avec une chronique d’un roman que j’ai eu la chance de lire grâce à Netgalley et aux éditions Robert Laffont, que je remercie chaleureusement.
Vous le savez peut-être, j’ai repris mes études en Histoire pour pouvoir valider ma licence. Cette année, le cours d’Histoire médiévale porte sur la période de la Guerre de Cent ans. Pendant cette guerre, un fléau s’est abattu sur une grande partie du monde : la peste noire.
Quand j’ai lu que Les dernières heures est un roman ayant pour thème l’arrivée de la peste en Angleterre, j’ai eu très envie de lire ce livre pour voir de quelle manière Minette Walters a travaillé ce sujet.
Je peux déjà vous dire que je n’ai pas été du tout déçue puisque ce roman a été un énorme coup de coeur !

Les dernières heures

Résumé :

« Mois de juin de l’an 1348 : une épidémie monstrueuse s’abat sur le Dorset et décime peu à peu les habitants. Nobles et serfs meurent par milliers dans d’atroces souffrances.
Quand la pestilence frappe Develish, Lady Anne a l’audace de nommer un serf comme régisseur. Ensemble, ils décident de mettre le domaine en quarantaine pour le protéger.
Bientôt, les stocks de vivres s’amenuisent et des tensions montent car l’isolement s’éternise. Les villageois craignent pour leur sécurité lorsqu’un événement terrible menace le fragile équilibre. Les gens de Develish sont en vie, mais pour combien de temps encore ? Et que découvriront-ils quand le temps sera venu pour eux de passer les douves ? »

Mon avis :

Quand j’ai commencé à lire ce livre, j’avoue avoir eu peur qu’il ne me plaise pas, et étant donné le nombre de pages (plus de 500), ça aurait pu me paraître bien long !
En effet, le roman commence en douceur à Develish où Lady Eleanor, la fille des seigneurs de la localité, s’apprète à partir se marier dans un autre comté. Son père, Sir Richard doit d’abord s’en aller chez le fiancé pour règler les derniers préparatifs avant le mariage et en particulier la dot de la future mariée…

Le mauvais caractère d’Eleanor et sa cruauté envers les serfs me laissaient craindre de ne pas du tout apprécier ce roman, je ne voyais pas comment j’aurai pu supporter ce personnage capricieux pendant toute la durée du roman ! Puis, le personnage de Lady Anne a fait son entrée en scène et a totalement changé ma vision des choses. J’ai vite compris qu’il s’agissait d’un personnage fort que j’aurai plaisir à suivre. Et je ne me suis pas trompée. Elle est un réel atout dans cette histoire, mais aussi un moteur pour sa communauté et donc pour l’avancement du récit.

Mon intérêt pour le roman s’est renforcé encore plus quand les premiers signes de la maladie sont apparus. C’est à ce moment là que l’histoire débute réellement. C’est aussi à partir de ce moment qu’il m’a été de plus en plus difficile de reposer ce livre tant j’avais envie de savoir ce qui allait se passer et comment les personnages allaient faire pour s’en sortir face à ce fléau inconnu pour eux.

L’autrice est parvenue à nous rendre chacun des personnages vivants (ils ont tous une particuliarité et un caractère bien à eux, en bref, Minette Walters a soigné la construction de chacun de ses personnages, des principaux aux plus secondaires).
J’ai particulièrement apprécié Lady Anne, Thaddeus, la jeune Isabelle et les fils des chefs des serfs. Même les personnages les plus antipathiques ont tous quelque chose qui fait qu’on a envie de les voir évoluer sous nos yeux.

J’ai fini par inclure ce roman dans mon Pumpkin Autumn Challenge dans la catégorie post-apocalyptique, car c’est véritablement de ça qu’il s’agit. Pour les gens de l’époque, l’arrivée de la peste a été un bouleversement incroyable ! Ils ne savaient rien de cette maladie, ils ne comprennaient pas comment ni pourquoi elle tuait autant de gens en si peu de temps. Le monde féodal a été totalement chamboulé par cette épidémie et c’est quelque chose qui est parfaitement bien restitué dans ce roman. Nous voyons comment Lady Anne prend les choses en main pour essayer de préserver les habitants de Davelish. Tout ceci a donné de véritables touches post-apocalyptiques à ce récit historique.

En plus de la lutte pour la survie, d’autres intrigues apparaissent très vite entourant le personnage de Lady Eleanor jusqu’à une révélation finale ! (Plusieurs révélations en fait…)
C’est cette envie de voir les personnages évoluer dans ce nouveau monde bouleversé et l’envie également de comprendre les actes de certains protagonistes qui m’a tenu en haleine jusqu’aux toutes dernières pages.

Il s’agit du premier roman d’une saga et je vous avoue avoir été un peu frustrée par la fin car j’avais encore plusieurs questions en tête. C’est peu dire que j’ai hâte de lire la suite !

Avez-vous lu ce roman ?

A propos de Flâner Lire

Caroline, amoureuse d'Histoire, (ancienne stagiaire au Centre Historique Minier de Lewarde & ex agent d'accueil et de surveillance au Palais des Beaux Arts de Lille). Je suis depuis toujours passionnée de patrimoine avec une affection particulière pour celui du Val de Loire. J'ai beaucoup d'intérêt pour la culture en général : les musées, les expositions, la musique, la lecture, les séries tv...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :