Fermer

[Lecture] Libre d’aimer d’Olivier Merle

Ohlala mes amis, ça fait tellement longtemps que je ne suis pas venue sur le blog pour partager avec vous mes dernières découvertes littéraires (heureusement que les réseaux sociaux existent sinon vous pourriez croire que je suis portée disparue!) 😉 

Je vous reviens avec un roman que j’ai lu il y a déjà plusieurs semaines grâce à Netgalley, que je remercie chaleureusement, ainsi que les éditions XO

J’ai été particulièrement attirée par le sujet de ce roman : une histoire d’amour impossible durant l’occupation en France par les Nazis pendant la Seconde Guerre Mondiale. Tout un programme, d’autant plus que c’est un sujet qui n’est pas souvent abordé (cf : la déportation des homosexuels dans les camps de concentration) – là je vous rassure tout de suite, il n’est pas question de déportation dans ce roman. Il n’empêche que le sujet me faisait vraiment envie. 

Libre d’aimer

Résumé :

«Juillet 1942. Elle s’appelle Esther, elle a vingt ans, elle est juive. Ses parents ont été arrêtés, elle erre dans les rues de Paris, perdue et terrifiée. Alors qu’elle se repose sur un banc, son regard croise celui d’une femme élégante, plus âgée qu’elle, qui fume de longues cigarettes à la terrasse d’un café. Esther ne le sait pas encore mais sa rencontre prochaine avec Thérèse Dorval, l’épouse d’un homme cynique et violent qui collabore avec les Allemands, va bouleverser sa vie. Naissance d’un désir irrésistible, en pleine tragédie. Amour interdit de deux femmes emportées par le feu de la passion. À Dinard, où elles se réfugient, elles devront, sous la pluie des bombes alliées, décider de leur destin : se séparer pour tenter de survivre ou accepter de mourir par amour. »

Mon avis :

J’étais très impatiente de me plonger dans la lecture de Libre d’aimer d’Olivier Merle car je n’ai que peu lu de romans sur l’homosexualité et le contexte de la guerre me plaisait également.

J’ai aimé le début du livre car il y a un peu d’action et on se demande comment Esther s’en sortira après l’arrestation de ses parents. La rencontre avec Mme Dorval fait rapidement basculer ce roman dans la romance pure. J’ai trouvé dommage que le contexte de la guerre ne soit pas plus exploité que cela. J’ai eu parfois le sentiment que Thérèse se servait d’Esther, d’ailleurs je n’ai pas réussi à m’attacher à ce couple pour cette raison.

J’ai trouvé également étrange qu’Esther ne recherche jamais à savoir ce qui est arrivé à ses parents après leur arrestation. Pourtant, pour avoir lu de nombreux témoignages de survivants de la Shoah, connaître le sort réservé à leurs proches était un sujet de préoccupation capital. Ici, on a l’impression que l’histoire d’amour d’Esther prend le pas sur sa relation avec ses parents. J’ai trouvé que c’était peu crédible pour le développement du personnage.

La fin est également invraisemblable : le couple se considère libre car les Américains sont dans leur ville mais ça ne signifiait pas pour autant la fin de la guerre ni une véritable liberté pour leur couple puisqu’à cette époque guerre ou paix, l’homosexualité était pénalisée.

En conclusion, ce livre est une jolie romance mais selon moi d’un point de vue du contexte, il s’agit d’un roman historique assez faible. Dommage.

 

Et vous, avez-vous lu ce roman ? L’avez-vous aimé ? Pensez-vous que je suis passé complètement à côté de cette histoire ? 

 

A propos de Flâner Lire

Caroline, amoureuse d'Histoire, (ancienne stagiaire au Centre Historique Minier de Lewarde & ex agent d'accueil et de surveillance au Palais des Beaux Arts de Lille). Je suis depuis toujours passionnée de patrimoine avec une affection particulière pour celui du Val de Loire. J'ai beaucoup d'intérêt pour la culture en général : les musées, les expositions, la musique, la lecture, les séries tv...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :