Fermer

Bilan du Pumpkin Autumn Challenge 2019 #PAC

Et oui, il est déjà l’heure pour moi de vous présenter le bilan de ma participation au Pumpkin Autumn Challenge 2019 organisé par Guimause.
En principe, ce challenge automnal se déroule du 1er septembre au 30 novembre, mais je trouve que 3 mois c’est un peu long pour moi donc je préfère m’arrêter dès à présent. J’ai de toute manière validé le challenge avec l’option « Un appétit de Goule« , c’est à dire que j’ai validé 3 sous-catégories par menu.

L’autre nouveauté cette année, c’est que je n’ai pratiquement pas respecté ma Pile à Lire de départ. Même si la constitution d’une PAL est l’un de mes moments préféré du challenge, j’ai remarqué que le fait de « devoir » suivre une PAL pendant 3 mois, ça me freine. Il faut dire qu’entre temps, j’ai effectué quelques achats, j’ai reçu des services presse Netgalley, et j’ai donc eu tendance à vouloir piocher dans ces nouveauté plutôt que dans ma pile à lire.
Globalement, j’ai passé un très bon moment en participant à ce challenge qui m’a permis de faire de belles découvertes littéraires, même s’il y a également eu des déceptions…

Sans plus tarder, voici mon bilan du Pumpkin Autumn Challenge !

Continuer à lire « Bilan du Pumpkin Autumn Challenge 2019 #PAC »

[Lecture] Le voyage de Marcel Grob de Philippe Collin et Sébastien Goethals

Je remercie France Loisirs de m’avoir permis de découvrir Le voyage de Marcel Grob, une bande dessinée historique sur un sujet assez méconnu du grand public : les « malgré-nous » de la Seconde Guerre Mondiale.
Cette histoire est un témoignage bouleversant sur le sort des Français qui, parce que vivant dans une ancienne région allemande, ont été obligés de s’engager aux côté de l’ennemi. Ce sujet est peu abordé car il semble encore empreint du tabou. Les personnes qui ont été contraintes de s’engager aux côtés des Allemands ont encore honte malgré le temps qui a passé. Les blessures semblent toujours à vif et cette bande dessinée est un bon moyen d’avoir une vue d’ensemble de cette thématique.
Le voyage de Marcel Grob est une bande dessinée poignante sur le sort d’un homme enrôlé malgré lui dans la Waffen SS. Elle ne peut pas laisser le lecteur indifférent. On vibre aux côtés de Marcel et on se pose tout au long du récit la question de savoir : qu’aurions-nous fait à sa place ?

 

Le voyage de Marcel Grob

 

Résumé :

« 11 octobre 2009. Marcel Grob, un vieil homme de 83 ans, se retrouve devant un juge qui l’interroge sur sa vie. Et plus particulièrement sur le 28 juin 1944, jour où ce jeune Alsacien rejoint la Waffen SS et est intégré dans la 16e division Reichsführer, trois mois après le débarquement allié en Normandie. Marcel se rappelle avec émotion de ce jour fatidique où, comme 10 000 de ses camarades Alsaciens, il fût embrigadé de force dans la SS. Non, il n’était pas volontaire pour se battre mais il n’avait pas le choix, il était pris au piège. Mais pour le juge qui instruit son affaire, il va falloir convaincre le tribunal qu’il n’a pas été un criminel nazi. Alors, Marcel Grob va devoir se replonger dans ses douloureux souvenirs, ceux d’un « malgré nous », kidnappé en 1944, forcé d’aller combattre en Italie, au sein d’une des plus sinistres division SS. Un voyage qui l’amènera à Marzabotto, au bout de l’enfer… »

Continuer à lire « [Lecture] Le voyage de Marcel Grob de Philippe Collin et Sébastien Goethals »

[Lecture] Les dernières heures de Minette Walters #PAC

Après quelques semaines d’absence, je vous reviens avec une chronique d’un roman que j’ai eu la chance de lire grâce à Netgalley et aux éditions Robert Laffont, que je remercie chaleureusement.
Vous le savez peut-être, j’ai repris mes études en Histoire pour pouvoir valider ma licence. Cette année, le cours d’Histoire médiévale porte sur la période de la Guerre de Cent ans. Pendant cette guerre, un fléau s’est abattu sur une grande partie du monde : la peste noire.
Quand j’ai lu que Les dernières heures est un roman ayant pour thème l’arrivée de la peste en Angleterre, j’ai eu très envie de lire ce livre pour voir de quelle manière Minette Walters a travaillé ce sujet.
Je peux déjà vous dire que je n’ai pas été du tout déçue puisque ce roman a été un énorme coup de coeur !

Les dernières heures

Résumé :

« Mois de juin de l’an 1348 : une épidémie monstrueuse s’abat sur le Dorset et décime peu à peu les habitants. Nobles et serfs meurent par milliers dans d’atroces souffrances.
Quand la pestilence frappe Develish, Lady Anne a l’audace de nommer un serf comme régisseur. Ensemble, ils décident de mettre le domaine en quarantaine pour le protéger.
Bientôt, les stocks de vivres s’amenuisent et des tensions montent car l’isolement s’éternise. Les villageois craignent pour leur sécurité lorsqu’un événement terrible menace le fragile équilibre. Les gens de Develish sont en vie, mais pour combien de temps encore ? Et que découvriront-ils quand le temps sera venu pour eux de passer les douves ? »
Continuer à lire « [Lecture] Les dernières heures de Minette Walters #PAC »

[Lecture] Ils étaient vingt et cent de Stanislas Pretrosky

Ils étaient vingt et cent, ils étaient des milliers
Nus et maigres, tremblants, dans ces wagons plombés
Qui déchiraient la nuit de leurs ongles battants
Ils étaient des milliers, ils étaient vingt et cent
Nuit et BrouillardJean Ferrat

Qu’il est difficile d’écrire une chronique ayant pour thème un sujet aussi délicat et sensible que celui de la Seconde Guerre Mondiale et des camps de concentration nazis (Ravensbrück en l’occurrence). C’est d’autant plus compliqué que je n’ai pas apprécié ce livre. Il n’est pas mauvais, les faits sont documentés et l’écriture bien que trop « scolaire ou académique » est soignée.
Mais non, je n’ai pas aimé ce livre, auquel j’ai relevé de nombreux défauts, dont je vais vous parler plus en détails dans la suite de cet article.
J’ai hésité avant de me lancer dans la chronique de ce roman. Il faut dire qu’il est vraiment bien noté sur livraddict ou encore goodreads. J’ai parfois l’impression que les lecteurs n’osent pas noter ce genre de romans avec la même honnêteté qu’ils le feraient pour un roman au thème plus léger… Je pense écrire un article prochainement sur ce sujet.

Je tiens à remercier Netgalley et les éditions French Pulp pour m’avoir permis de lire ce roman de Stanislas Petrosky.

Ils étaient vingt et cent…

Résumé :

 » Gunther, jeune allemand opposé au régime nazi, excelle dans l’art du dessin.
Il se retrouve promu illustrateur officiel du camp de Ravensbrück, son œil d’artiste interprète la vie et surtout la mort.
L’histoire d’un homme qui a vu la construction et la libération du plus grand camp d’extermination de femmes du IIIème Reich, un homme qui a vécu des deux côtés des barbelés.  »

Continuer à lire « [Lecture] Ils étaient vingt et cent de Stanislas Pretrosky »

[Lecture] Sous un ciel écarlate de Mark Sullivan

Je remercie Netgalley de m’avoir permis de découvrir ce superbe roman de Mark Sullivan publié chez Amazon.
Sous un ciel écarlate n’est pas un simple roman de plus sur la Seconde Guerre Mondiale. Il s’agit en fait d’un roman biographique racontant la vie de Giuseppe « Pino » Lella : un résistant italien.

Mark Sullivan & Pino Lella

J’ai été particulièrement attirée par ce roman car il s’agit d’une histoire se déroulant pendant la Seconde Guerre Mondiale, une période dont j’apprécie la lecture de romans. De plus, il s’agit d’une histoire vraie (bien que légèrement romancée par endroits pour les besoins du livre.) Mais ce qui m’a vraiment donné envie de découvrir ce livre c’est que l’histoire se déroule en Italie.
Du fait de la situation politique de l’Italie pendant la guerre (Mussolini était à la tête du pays et vous le savait sans doute, il collaborait avec Hitler), le pays a été plutôt épargné pendant une partie du conflit. Il y avait bien entendu des privations, et je ne dis pas que la vie était facile tout les jours pour les Italiens, mais le schéma n’était pas du tout celui de la France occupée par exemple.
Ce n’est véritablement que vers la fin 1943 et l’année 1944 que les choses ont changées pour les Italiens. Les alliés ont bombardé massivement certaines villes (comme Milan dans le livre), et la présence des Allemands est devenue bien plus hostile pour la population. Et je ne parle pas des personnes arrêtées et réduites en esclavage dans les usines italiennes (mais qui travaillaient surtout pour l’Allemagne), et des nombreuses déportations de juifs comme partout en Europe.

Pino Lella est né et a grandi à Milan en Italie. Ses parents étaient des commerçants plutôt aisés. Jusqu’en 1944, il menait une existance plutôt insouciante. Quand la ville de Milan a commencé à subir les bombardements, ses parents l’ont envoyé (avec son jeune frère) dans un pensionnat catholique situé dans les montagnes de l’arrière-pays milanais. C’est là qu’à débuté sons statut de résistant.
Mark Sullivan a choisi de raconter son histoire car elle était jusque là pratiquement inconnue du grand public.
Sous un ciel écarlate est un roman écrit en hommage à Pino Lella. Je ne peux pas vous cacher que j’ai eu un énorme coup de coeur pour ce livre !

Sous un ciel écarlate

Résumé :

« En 1943, Pino Lella est un jeune Italien comme les autres : il aime la musique, les filles, et ne veut pas entendre parler de la guerre ni des nazis. Mais le temps de l’innocence prend fin lorsque l’appartement familial est détruit par un raid des Alliés sur Milan. Pino entre alors dans la clandestinité en rejoignant un réseau qui aide les Juifs à passer en Suisse. Il y rencontre Anna, jolie veuve de six ans son aînée, dont il tombe follement amoureux.
Mais les parents de Pino l’obligent bientôt à s’enrôler dans l’armée allemande, pensant le mettre ainsi à l’abri. Blessé, il devient à dix-huit ans le chauffeur du bras droit d’Hitler en Italie puis, rapidement, espion pour les Alliés. Dès lors, Pino ne cesse de se révolter face aux horreurs de la guerre et de courir tous les dangers pour l’amour d’Anna.
Basé sur l’histoire véridique d’un héros oublié, ce roman est une ode au courage et à la résilience. »
Continuer à lire « [Lecture] Sous un ciel écarlate de Mark Sullivan »

Homère Louvre Lens

[Exposition] Homère au #LouvreLens

Comme à son habitude depuis son ouverture en décembre 2012, le Louvre-Lens a offert à ses visiteurs une magnifique exposition temporaire.
Dédiée à Homère, le célèbre auteur grec de la fin du VIIIème siècle avant Jésus Christ, cette exposition ambitieuse était visible du 27 mars au 22 juillet 2019.
J’aurai aimé pouvoir vous en parler plus tôt mais je n’ai moi-même visité cette expo que le tout dernier jour !
Ayant passé un très bon moment, j’ai tout de même envie de vous en proposer un aperçu qui j’espère vous donnera envie de venir visiter le musée du Louvre-Lens 🙂

L’exposition était divisée en trois grandes parties :
« Homère » (dont l’existence est discutée par les historiens) a inspiré de nombreux artistes, dont Victor Hugo, au cours des siècles.
Puis en deux parties distinctes « l’Iliade »et « l’Odyssée » textes et représentations dans l’art.
*

Expo Homère

poète
« Poète assis tenant une lyre » (XIXème siècle d’après un original daté vers 300-200 av JC.)

Continuer à lire « [Exposition] Homère au #LouvreLens »

les amants de l'été 4

[Lecture] Les amants de l’été 44 (Intégrale) de Karine Lebert

J’apprécie énormément lire des romans ayant pour contexte la Seconde Guerre Mondiale et ses conséquences immédiates ou à plus long terme, comme une sorte d’héritage familial.
C’est donc avec plaisir que j’ai découvert que je devais lire et chroniquer ce roman en tant que « Top Lectrice » France Loisirs.
J’ai eu un véritable coup de cœur pour ce roman que j’ai pris le temps de savourer comme un bonbon au fil des pages. Les amants de l’été 44 est un voyage entre la Normandie et la Nouvelle Orléans sur les pas de Gemma, l’américaine et Philippine sa grand-mère française, épouse d’un GI en 1944. Je vous propose donc de découvrir ce qui m’a plu dans cette lecture.

Les amants de l’été 44 (Intégrale)

Résumé :

« Gemma est une jeune New-Yorkaise vive, séduisante et pragmatique, travaillant avec passion dans l’entreprise familiale de produits alimentaires. A la mort de sa mère, elle découvre que sa « vraie » grand-mère, Philippine, était française ; elle décide alors de partir, seule, sur ses traces. Ce voyage à la recherche de ses origines la conduit en Normandie. En sillonnant la région, l’Américaine recueille les témoignages de ceux qui ont connu Philippine. Tout commence à Deauville, en 1944, quand la jeune Normande rencontre Ethan, un GI, cajun de Louisiane.
Deux destins de femmes, deux continents, deux époques… L’une enquête, la seconde se raconte. Gemma trouvera un nouveau sens à sa vie en comprendra comment Philippine a payé le prix de sa liberté. Avec en filigrane cette question douloureuse : pourquoi a-t-elle abandonné sa fille aux Etats-Unis ?
Accompagné d’une nouvelle inédite : La vie est merveilleuse. »

Continuer à lire « [Lecture] Les amants de l’été 44 (Intégrale) de Karine Lebert »

[Lecture] Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre de Ruta Sepetys #clublectureMS

J’avais ce livre dans ma pile à lire depuis plusieurs semaines quand j’ai vu qu’il figurait dans la sélection pour le vote du livre du mois dans le cadre du club de lecture Mango & Salt. Le sujet du mois de mars était le suivant : un livre dont l’adaptation sortira au cinéma cette année.

C’est A comme Aujourd’hui de David Levithan qui a été retenu. Malheureusement, même si je l’ai acheté et que j’ai commencé à le lire, je ne l’ai pas terminé car je n’ai pas été emballée par l’histoire.

Avant même de connaître le résultat du vote, j’ai commencé à lire le livre que je vais vous présenter aujourd’hui et je ne regrette pas de l’avoir fait car même s’il ne s’agit pas d’un coup de cœur, il m’a permis de participer à la lecture du club à ma manière.

 

Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre 

 

Résumé : 

« Lina est une jeune Lituanienne comme tant d’autres. Très douée pour le dessin, elle va intégrer une école d’art. Mais une nuit de juin 1941, des gardes soviétiques l’arrachent à son foyer. Elle est déportée en Sibérie avec sa mère et son petit frère, Jonas, au terme d’un terrible voyage. Dans ce désert gelé, il faut lutter pour survivre dans les conditions les plus cruelles qui soient. Mais Lina tient bon, portée par l’amour des siens et son audace d’adolescente. Dans le camp, Andrius, 17 ans, affiche la même combativité qu’elle. »
Continuer à lire « [Lecture] Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre de Ruta Sepetys #clublectureMS »

[Dossiers du Périgord] Le château de Puymartin : sur les traces de la Dame Blanche

Amoureuse de vieilles pierres et de mystères, je ne pouvais pas résister à l’envie de visiter un château que l’on prétend habité par l’esprit d’une Dame Blanche.

En France et un peu partout dans le monde, on raconte que des lieux seraient hantés par l’âme tourmentée d’une femme : une Dame Blanche (son fantôme apparaîtrait habillé de blanc). On retrouve ces histoires dans des villages, au bord de certaines routes (de nombreuses légendes font état d’apparitions d’auto-stoppeuses qui seraient là pour prévenir les conducteurs imprudents de l’imminence d’un danger), mais également dans des châteaux : Brissac (dans le Maine-et-Loire), Trécesson (dans le Morbihan), et bien entendu : le château de Puymartin.
Je vous invite à faire quelques recherches sur internet et vous vous apercevrez assez vite qu’il existe un nombre incalculable de légendes entourant la Dame Blanche.
Continuer à lire « [Dossiers du Périgord] Le château de Puymartin : sur les traces de la Dame Blanche »

[Dossiers du Périgord] : Les Châteaux de Losse & de Fénelon

Après La Maison Forte de Reignac & La Roque Saint-Christophe, puis les musées de la Préhistoire des Eyzies et de Lascaux IV, j’aimerai vous faire découvrir deux châteaux du Périgord Noir.

Nous avons visité ces châteaux à des dates différentes mais ils avaient quelques points communs. Ces châteaux ont été les demeures de deux personnages illustres : Jean II de Losse & Fénelon. Malheureusement, dans les deux cas, si la visite des intérieurs est possible, il est interdit d’y prendre des photos. Ces châteaux sont en effet privés, ils appartiennent chacun à une famille bien qu’il ne s’agisse pas des descendants des personnages mentionnés plus haut.

Le Château de Losse


Le Château de Losse se situe à 10 minutes de Montignac (Lascaux) sur la route des Eyzies. Bâti sur les rives de La Vézère, il était à l’origine une place forte médiévale datant du XIème siècle. C’est à cette période que la famille de Losse, originaire de Bruges en Flandres, s’est établie dans le Périgord et a construit ce château.
Il semblerait que ce soit un cadet de la famille de Losse, qui, cherchant des terres, est venu s’installer dans la Vallée de la Vézère où il a prêté allégeance au seigneur de Montignac.
Les membres de la famille de Losse se sont illustrés militairement auprès des rois de France. L’un de ces membres a d’ailleurs participé à la Bataille d’Azincourt (25 octobre 1415 au cours de la Guerre de Cent Ans ; défaite française).
Continuer à lire « [Dossiers du Périgord] : Les Châteaux de Losse & de Fénelon »

error: Content is protected !!